Foire aux questions

SRV Canada s’adresse aux Canadiens sourds, malentendants ou souffrant d’un trouble de la parole qui souhaitent faire des appels au moyen d’Internet et des technologies mobiles. Les appelants SRV entrent en contact avec un interprète qui assure l’interprétation des échanges téléphoniques en temps réel.

Pour vous inscrire, vous devez être une Canadienne ou un Canadien sourd, malentendant ou souffrant d’un trouble de la parole et communiquer en langue des signes.

Les appelants entendants ne peuvent pas s’inscrire à l’application SRV Canada. Ils peuvent toutefois appeler les clients inscrits.

SRV Canada est gratuit.

Oui. SRV Canada offre l’accès au service 9-1-1 partout au Canada en LSQ/français ou en ASL/anglais. Tous les appels 9-1-1 sont considérés comme étant urgents. Ils sont transmis en tête de file au centre d’appel SRV Canada.

L’interprète vidéo (IV) et le personnel des services d’urgence tenteront toujours de déterminer la position du client. C’est la raison pour laquelle il est important que les clients de SRV Canada mettent à jour leur adresse dans l’application. Veuillez noter que les appels 9-1-1 sont dirigés au service public d’appels d’urgence (SPAU) en fonction de l’emplacement du client.

Une fois que la position et la nature de l’urgence ont été déterminées, le SPAU y envoie les pompiers, les policiers ou les ambulanciers.

L’IV reste en communication avec le client et soutient le personnel des services d’urgence aussi longtemps que nécessaire.

Avertissement

SRV Canada est un service fonctionnant par Internet ou la transmission de données. Par conséquent, en cas d’interruption du service Internet, de la transmission de données ou du service électrique, les appels d’urgence effectués par le SRV pourraient ne pas être transmis correctement. De plus, si vous n’avez pas mis à jour les renseignements relatifs à votre position, il est possible que votre appel d’urgence ne soit pas dirigé au bon endroit.

Si vous rencontrez un problème technique en composant le 9-1-1 dans l’application SRV Canada, raccrochez et recomposez le 9-1-1. Si vous continuez d’éprouver des difficultés, vous pouvez essayer d’autres services, comme un téléphone fixe muni d’un ATS, le service Texto au 9-1-1 ou le service de relais IP.

Oui.

Les clients peuvent également composer n’importe quel numéro à dix chiffres au États-Unis, sans frais. Cependant, l’appelant devra acheter une carte d’appel interurbain ou international pour faire un appel dans une région aux États-Unis qui n’est pas prise en charge par le service (par exemple l’Alaska, Hawaï). 

Les clients peuvent recevoir des appels de partout dans le monde. 

Lorsque vous utilisez une carte d’appel avec le SRV, vous devez d’abord composer le numéro du service d’appel et suivre les instructions. Veuillez vous assurer que la carte d’appel que vous choisissez fonctionne avec les services de voix sur IP (VoIP sur Internet) ou de téléphonie cellulaire.

Les appels point-à-point entre les applications SRV canadiennes et américaines ne sont pas possibles pour le moment. SRV Canada recommande l’utilisation de Skype ou de Facetime comme moyen de communication point-à-point.

Les appels vers des lignes 1-900 et d’autres lignes payantes, incluant certains numéros 800, 888, 877 et 866, ne peuvent être effectués par SRV Canada.

Pas encore. Cependant, afin de séparer les appels personnels des appels professionnels, les clients SRV peuvent s’inscrire pour obtenir un deuxième compte pour le travail.

Oui. Si vous avez accès à un service Internet, vous pouvez utiliser SRV Canada comme vous le faites au Canada. Cela dit, si vous utilisez un appareil mobile, les frais de données en itinérance peuvent être élevés.

Il est interdit d’utiliser SRV Canada en conduisant. Vous pouvez utiliser le service en tant que passager, tant que cette utilisation ne distrait pas le conducteur. Vous pouvez également utiliser le service lorsque votre véhicule est stationné dans un endroit sûr. Notre politique repose sur le fait que l’ACS prend très au sérieux la sécurité de sa clientèle, des autres conducteurs, ainsi que celle de son personnel et de ses interprètes vidéo. Comme le reflète la politique de l’ACS, notre personnel et nos interprètes vidéo, en particulier, ne doivent pas être contraints de faire face aux risques liés à la distraction au volant.

  • Vous pouvez demander à l’agent de vous expliquer le processus d’autorisation.
  • Vous pouvez expliquer à l’agent en quoi consiste le SRV et son fonctionnement et préciser que les IV sont soumis à des politiques strictes en matière de confidentialité.
  • Vous pouvez dire à l’agent que vous « donnez l’autorisation ou la permission » à l’IV (la tierce partie) d’être en ligne avec vous.
  • Vous pouvez demander le nom ou le numéro d’employé de l’agent, puis demander à parler à son superviseur.
  • Vous pouvez déposer une plainte auprès de l’entreprise, du service ou de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC). Cliquez ici pour en savoir plus.
  • Vous pouvez envoyer un « consentement écrit ». L’ACS a préparé un formulaire intitulé « CONSENTEMENT À LA DIVULGATION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS ». Cliquez ici pour le télécharger. 
  • Vous pouvez faire une recherche sur le site Web de l’organisation pour savoir si une politique est mise en place au sujet de l’acceptation des appels par service de relais. Par exemple, la mention suivante se trouve sur le site Web de l’Agence du revenu du Canada : « Vous n’avez pas besoin d’autoriser la compagnie de téléphone pour le service de relais pour communiquer avec l’Agence du revenu du Canada ».

N’oubliez pas : Il s’agit de votre appel et de vos renseignements personnels.

En plus du numéro 9-1-1, (consultez la FAQ no 2), SRV Canada prend en charge les autres numéros à trois chiffres pour la numérotation directe à partir de votre application SRV. Consultez le tableau ci-dessous pour savoir quels numéros à trois chiffres sont disponibles.

Note :

  • Le numéro 9-1-1 est accessible dans toutes les provinces et tous les territoires, veuillez consulter la FAQ G2 pour plus de renseignements.
  • Les numéros 8-1-1, 5-1-1, 3-1-1 et 2-1-1 sont toutefois acheminés vers des services provinciaux, territoriaux ou municipaux et ne prennent pas tous en charge la numérotation à trois chiffres. Consultez le tableau ci-dessous pour savoir quels numéros à trois chiffres sont disponibles dans votre zone d’appel.
  • Si votre région n’est pas prise en charge, l’interprète vidéo recevra un message provenant du réseau indiquant que « votre numéro ne peut être connecté ». Cela signifie que vous devrez composer le numéro à dix chiffres correspondant. Consultez vos annuaires locaux pour connaître ces numéros.
  • Si la numérotation à trois chiffres est prise en charge dans votre région, l’appel est acheminé selon l’indicatif régional de votre numéro SRV. Par exemple, si l’indicatif régional de votre numéro SRV est (613), votre appel sera acheminé vers les services de l’Ontario, même si vous vous trouvez physiquement dans une autre province.
  • SRV Canada offre une liste de numéros à dix chiffres pour le 8-1-1, que vous pouvez consulter à l’adresse suivante : https://srvcanadavrs.ca/fr/resources/centre-de-ressources/numeros-a-trois-chiffres-maintenant-accessibles/
  • SRV Canada n’a pas accès à tous les numéros à dix chiffres des provinces, territoires et municipalités. Veuillez consulter votre annuaire local pour connaître ces numéros.

L’IVD est un service d’interprétation vidéo payant qui permet aux clients de communiquer avec d’autres personnes dans la même pièce ou à distance.  

L’IVD est particulièrement utile dans les situations suivantes : rendez-vous à l’hôpital, prestation de soins de santé, réunions d’affaires, etc. Lorsque vous faites appel à un service d’IVD, vous obtenez un service d’interprétation de grande qualité, comme si vous aviez un interprète en personne. De nombreuses entreprises d’IVD existent partout au Canada.

Le transfert est une méthode qui assure la santé et la sécurité des interprètes au travail, ainsi que de réduire les temps d’attente.

Comme vous le savez, interpréter peut être épuisant. De façon générale, les interprètes vidéo signent de 20 à 30 minutes consécutives selon chaque appel, puis prennent une pause. De plus, lorsque l’interprète sent le besoin de prendre une pause, il peut transférer l’appel. Ainsi, vous pouvez poursuivre votre appel sans avoir à retourner dans la file d’attente.

Les transferts peuvent également avoir lieu lorsqu’un interprète termine son quart de travail. Si vous appelez moins de quinze minutes avant la fin de sa journée, l’interprète vous avisera qu’il y aura un transfert pendant l’appel.

Puisque chaque appel porte sur différentes personnes et différents sujets, les interprètes doivent s’adapter rapidement et efficacement. Lorsqu’un interprète reçoit un très long appel ou lorsqu’il y a plusieurs appels en attente, il peut avoir à remettre sa pause à plus tard afin de servir les clients qui attendent. Dans ce cas, l’interprète transférera l’appel reçu à la première occasion.

Des situations inattendues peuvent toujours survenir dans les centres d’appel. Il peut donc arriver que l’interprète ait à transférer un appel à un moment inhabituel ou imprévu. Si vous avez besoin d’une attention spéciale ou d’un service ininterrompu, vous devriez réserver un interprète communautaire ou utiliser un service d’interprétation vidéo à distance (IVD).

Parler sans intermédiaire (PSI) permet aux personnes sourdes, malentendantes ou souffrant d’un trouble de la parole d’utiliser leur voix au cours d’un appel SRV. Lorsque le client active la fonction PSI dans son application, l’autre partie peut entendre sa voix. Lorsque l’autre partie répond, l’interprète vidéo interprète ses propos en LSQ ou en ASL. La fonction PSI peut être activée dans les réglages de l’application de l’utilisateur.

En tant que fournisseurs de services téléphoniques, l’ACS et ses représentants ne peuvent pas juger ou modérer le contenu des appels.

Cependant, vous avez le droit de « refuser » tout appel indésirable. Voici quelques conseils pour réduire la fréquence de ce type d’appels :

  • Informez l’appelant que vous ne voulez pas recevoir d’appels ou de messages vidéo de sa part et demandez-lui de retirer votre numéro de téléphone SRV de sa liste d’appels.
  • Si votre numéro SRV se trouve dans le répertoire de l’ACS, faites-le retirer.
  • Si vous avez la nouvelle application PC ou Mac, « bloquez » le numéro de téléphone de l’appelant.

Plus important encore, si vous considérez qu’un appel est de nature « menaçante ou illégale », nous vous conseillons de communiquer avec votre service de police local.

L’ACS déploie beaucoup d’efforts pour faire connaître SRV Canada aux institutions bancaires, aux services de santé, aux organismes gouvernementaux et aux autres organisations. Si vous ne donnez pas votre identité correctement, ces organisations pourraient ne plus avoir confiance en ce service et refuser les appels des utilisateurs de SRV Canada.

Si vous appelez pour une autre personne, assurez-vous d’abord d’avoir son consentement. Dès le début de l’appel, informez l’organisation que vous appelez en son nom. Il est de votre responsabilité de donner votre identité complète lorsque vous utilisez SRV Canada.

L’IV n’établira pas la communication dans une situation où il sait que l’appelant SRV se présente sous une fausse identité ou utilise le SRV à des fins illicites.

Veuillez consulter la section sur les POLITIQUES D’UTILISATION ÉQUITABLE, qui figure dans l’entente d’utilisation, à l’adresse suivante : CAV-User-Agreement-27-June-2018-Final-FR.pdf. En plus des présentes modalités d’utilisation et des autres modalités, conditions, règles et politiques susceptibles d’être publiées, vous consentez à :

  • ne pas enfreindre les lois applicables ou les présentes modalités en utilisant les services du SRV, et vous reconnaissez que nous pouvons enquêter sur toute violation de la loi et coopérer avec les autorités responsables de l’application de la loi pour poursuivre les utilisateurs à cet égard;
  • ne pas vous engager dans des communications ou une conduite de nature illégale, abusive, dérangeante ou offensante en utilisant les services du SRV et vous consentez à ne pas permettre aux autres d’accéder à votre compte pour le faire, ce qui comprend notamment les appels indécents, obscènes, illégaux, frauduleux, menaçants, harcelants ou malveillants, la perpétration ou l’encouragement d’une infraction criminelle, d’une traque, d’un harcèlement, d’un acte de pollupostage, d’une perturbation ou d’une interférence avec Internet ou tout réseau, ordinateur ou autre appareil, la transmission d’un virus ou d’un autre élément nuisible, la collecte ou la sauvegarde des données personnelles des autres utilisateurs, la diffamation, l’atteinte aux droits de propriété intellectuelle ou l’interférence avec les autres services des utilisateurs de l’ACS.

Les conférences téléphoniques peuvent représenter tout un défi pour les utilisateurs du SRV et les personnes qui participent à l’appel : elles peuvent être longues, techniques et comporter de nombreux échanges entre les participants. Voici quelques conseils pour vous faciliter la tâche et faire en sorte que tout se passe bien :

  • Informez l’organisateur et les participants que vous utilisez le service de relais vidéo (SRV) et qu’un interprète en langue des signes (IV) sera présent durant l’appel.
  • Informez l’IV qu’il s’agit d’une conférence téléphonique et dites-lui la durée approximative, le nombre de participants et toute information contextuelle utile.
  • Demandez aux participants de se nommer avant de prendre la parole pour aider l’IV à reconnaître les locuteurs. Avisez les participants que l’IV n’est pas en mesure de les voir et n’a pas accès aux documents utilisés durant l’appel.
  • S’il s’agit d’un appel de longue durée qui compte de nombreux participants, informez l’organisateur qu’il ne devrait pas utiliser le SRV à cette fin.

Remarque :

  • Informez les participants que pour des raisons liées à la santé et à la sécurité des IV et aux contraintes de temps, l’IV peut transférer l’appel. S’il s’agit d’un appel de très longue durée, il pourrait y avoir plusieurs transferts.
    • Vous serez en première position de la file au moment du transfert, mais vous devrez peut-être attendre un peu.
  • Si la conférence téléphonique a lieu durant les heures de pointe, soit de 9 h à 18 h HE lorsque les IV sont très occupés, vous devrez peut-être attendre dans la file jusqu’à ce qu’un IV se libère.
  • Si l’appel est organisé par votre employeur, votre organisation, une entreprise, un établissement scolaire ou un organisme gouvernemental, il incombe à l’organisateur de recourir à un service d’interprétation en présence, d’interprétation communautaire ou d’interprétation vidéo à distance (IVD), surtout lorsqu’il s’agit d’une longue réunion.
    • Rappelez à l’organisateur que le SRV est un service téléphonique dont la durée moyenne des appels est de 7 minutes.
  • N’oubliez pas : le SRV ne remplace pas l’interprétation communautaire ou l’IVD.

Oui. Les utilisateurs du SRV peuvent, au début de l’appel, indiquer à l’interprète visuel qu’ils souhaitent s’annoncer eux-mêmes plutôt que de laisser l’interprète le faire.

Non. Seuls les utilisateurs enregistrés de SRV peuvent télécharger l’application et passer des appels point-à-point. Pour s’inscrire, les utilisateurs doivent être sourds, malentendants ou souffrir d’un trouble de la parole et utiliser la langue des signes.

Non. L’ACS n’enregistre pas le contenu des appels à des fins de qualité et de formation. Les appels sont « surveillés », côte à côte par les superviseurs des interprètes. Dans ce cas, l’interprète vidéo informe le client que l’appel est surveillé à des fins de qualité et de formation, et il lui demande si cela lui convient ou non.

Soumettre une demande d'assistance

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Contactez-nous

Vidéo LSQ ou ASL – Composez le 9050 dans l’application.
Courriel support@SRVCanadaVRS.ca
Adresse Service à la clientèle de SRV Canada a/s de IVèS Inc. Canada 303-25, avenue Mozart Montréal, Québec H2S 1B1
Téléphone Français et anglais – 1-800-958-5856
Chat en direct Le chat en direct est disponible pendant les heures d’ouverture du service clientèle sur toutes les dernières versions de l’application Canada VRS.

Suivez-nous

Chat en direct Le chat en direct est disponible pendant les heures de service à la clientèle. Pris en charge sur Chrome et Firefox sous Windows, Safari et Waterfox sous Mac (ordinateur seulement).

Carla Dupras

Invitée permanente pour l’ASL

Carla est l’enfant entendant de parents sourds (CODA), une utilisatrice de la langue d’origine de l’American Sign Language (ASL) et un interprète communautaire pigiste depuis 27 ans. Elle est membre honoraire à vie de l’Association of Sign Language Interpreters of Alberta (ASLIA) et un membre agréé de la Canadian Association of Sign Language Interpreters (CASLI).

Carla maintient une présence active et engagée dans des organisations provinciales et nationales, ainsi que dans sa communauté en Alberta. Actuellement, elle siège au groupe consultatif du Bureau de la traduction, en plus d’encadrer de nouveaux collègues dans le domaine de l’interprétation. Elle tient à améliorer la qualité des services d’interprétation dans tous les aspects de la vie quotidienne.

Mark Kusiak

représentant ASL/LSQ

Depuis 2008, Mark est pharmacien dans une succursale de London Drugs et travaille pour une maison de soins infirmiers et un centre de convalescence. Actuellement, il supervise le déroulement des activités, la dotation (ressources humaines), le développement et la mise en œuvre des politiques ainsi que le budget (notamment le contrôle des indicateurs de rendement clés et la prise d’inventaire). Mark a un baccalauréat ès sciences (pharmacie) de l’Université de l’Alberta. Il est également membre (à titre personnel) du conseil d’administration de Deaf and Hear Alberta. Mark est très impliqué dans la communauté de sports pour les sourds : il a notamment été président de l’Association des sports des sourds du Canada pendant dix ans (2010-2020). Dans ses temps libres, il adore faire du Crossfit.

Ruth Altman

représentante, Fournisseurs de services de télécommunication

Ruth travaille pour Rogers Communications depuis 2006. Elle y a occupé plusieurs postes qui lui ont graduellement permis de gravir les échelons dans la division de la réglementation. Elle est actuellement la directrice des politiques pour les consommateurs et de la réglementation. Son rôle est de fournir des conseils en matière de conformité relativement aux politiques et à la réglementation axées sur les consommateurs ainsi que d’établir des positions de principe sur les démarches réglementaires, notamment pour les questions liées à l’accessibilité. Chez Rogers, elle participe activement aux initiatives sur l’inclusion et la diversité, en plus de siéger au comité directeur du réseau AccessAbility de Rogers, un groupe de ressources pour les employés ayant des incapacités visibles et invisibles afin de leur donner les moyens nécessaires pour s’épanouir sur le plan professionnel et personnel. Avant d’être chez Rogers, Ruth travaillait dans la division des affaires réglementaires chez Corus Entertainment et a aussi été gestionnaire du développement chez Pro Bono Ontario, où elle a collaboré à l’obtention de financement opérationnel et pour les projets. Ruth a un baccalauréat en journalisme de l’Université Carleton et une maîtrise en administration des affaires (de la Schulich School of Business de l’Université York).

Jordan Sangalang, M.A. (entrée en fonction en mai 2021)

Directeur, ASL/LSQ pour les SM

JordanSangalang

M. Sangalang est directeur de service chez New Directions for Children, Youth, Adults and Families, à Winnipeg, au Manitoba. Tout au long de sa carrière, il a participé à de nombreuses formations et ateliers qui l’ont aidé à développer son style de leadership et de gestion. De plus, il est instructeur en intervention non violente en situation d’urgence, et enseigne l’ASL à l’Université du Manitoba. Il s’adonne aussi au théâtre, aux sketchs de comédie et à la narration. Lorsqu’il ne se produit pas, il consacre du temps à des personnes et à des organismes qui servent la communauté sourde. M. Sangalang est titulaire d’un baccalauréat ès arts de l’Université de la Colombie-Britannique et d’une maîtrise ès arts de l’Université Gallaudet.

Sue Decker

Directrice générale et chef de la direction de l’Administrateur canadien du SRV (ACS), inc.

Sue est responsable du développement, de la mise en œuvre et de l’administration du premier service de relais vidéo (SRV) au Canada, SRV Canada VRS. Au printemps 2015, Sue a pris en charge le projet du CRTC de bâtir un service de relais vidéo pour les Canadiens sourds, transformant une entreprise en démarrage en un service de relais de télécommunications entièrement opérationnel, qui a été lancé à l’automne 2016. Avant de devenir directrice générale de l’ACS, Sue a dirigé le service d’AT&T relatif à l’accessibilité des communications, qui comprenait les services de messagerie texte et de relais vidéo. Au cours de ses 20 années de service chez AT&T, elle a acquis une vaste expérience dans les domaines du développement de produits et de la prestation de services de télécommunications aux personnes sourdes et malentendantes. Après avoir travaillé chez AT&T, elle a été consultante auprès d’autres entreprises de services de relais vidéo situées aux États-Unis et en Europe, ce qui fait d’elle l’une des plus grandes expertes de SRV au monde.

J. Scott Fletcher

Secrétaire du conseil d’administration

Scott Fletcher est un associé principal chez Gowling WLG, au bureau d’Ottawa. Il pratique le droit général des sociétés et le droit commercial, plus particulièrement dans les domaines des télécommunications, de la technologie, de l’énergie et des relations gouvernementales.

Il figure parmi les autorités du cabinet en ce qui concerne les conseils aux sociétés et aux entreprises dans le cadre d’alliances commerciales, ainsi que les consultations et les directives stratégiques dans le cadre de privatisations. Il s’occupe également des questions générales des sociétés et des entreprises. M. Fletcher fournit également des conseils sur un certain nombre de questions réglementaires dans les secteurs des télécommunications, de l’énergie et des jeux ou loteries. De plus, il fournit régulièrement des conseils stratégiques aux entreprises clientes sur des questions liées à l’industrie des télécommunications, au transfert de ministères et de programmes gouvernementaux vers le secteur privé, et à d’autres sujets relatifs aux sociétés et aux entreprises.

Fletcher est chef de l’équipe chargée de plusieurs clients importants dans les secteurs des télécommunications et de l’énergie. Il a été dirigeant de nombreuses sociétés fédérales canadiennes et a représenté de nombreuses sociétés d’État fédérales. M. Fletcher est également membre de l’équipe de direction qui représente plusieurs clients du cabinet.

Tony D’Onofrio, CFA, IAS. A

Administrateur indépendant

D’Onofrio a acquis une vaste expérience dans les domaines des services consultatifs et des marchés financiers au cours de ses 20 ans de carrière en finances et en services bancaires d’investissement. Il travaille à la Coalition canadienne pour une bonne gouvernance (CCGG) depuis 2010. Il est chargé de diriger les efforts d’engagement du conseil d’administration de la CCGG et il rencontre régulièrement les dirigeants de grandes sociétés publiques pour discuter de questions de gouvernance au nom des plus grands investisseurs institutionnels du Canada. Il est souvent invité comme conférencier et fournit des conseils indépendants sur des questions de gouvernance et d’engagement des actionnaires. M. D’Onofrio est titulaire d’une maîtrise en administration des affaires (de la Schulich School of Business de l’Université York), et détient le titre d’analyste financier agréé. Il est membre de l’Institut des administrateurs de sociétés et membre de la faculté du Directors College.

Renu Sangha, CPA, CGA (démission en octobre 2020)

Directrice, ASL/LSQ pour les SM

Mme Sangha possède 10 ans d’expérience dans divers domaines, soit la comptabilité, les finances, les technologies de l’information et la gestion du changement. Elle est analyste des opérations à la Banque HSBC Canada depuis 2014. Elle est chargée de recueillir, d’analyser et de consigner les besoins et les exigences de l’entreprise, ainsi que d’assurer la liaison entre les intervenants commerciaux et techniques pour faire en sorte que les solutions choisies répondent aux objectifs de l’entreprise et contribuent aux résultats. Mme Sangha est titulaire de baccalauréats en technologies de l’information et en administration des affaires, et a obtenu le titre de comptable professionnelle agréée. Elle détient également les titres Agile Business Analyst Foundation et Scrum Product Owner

Dre Marty Taylor

Interprète ASL, invité permanent

Marty Taylor est interprète et enseignant, et a obtenu l’agrément d’interprète à l’échelle nationale au Canada et aux États-Unis. Il participe à la recherche sur l’interprétation par relais vidéo depuis plus de 10 ans et est membre du conseil d’administration de l’ACS depuis la création de l’organisme. M. Taylor a écrit deux livres qui font autorité dans le domaine de l’interprétation : Interpretation Skills: English to American Sign Language et Interpretation Skills: American Sign Language to English qui sont utilisés dans plus de 100 programmes de formation d’interprètes. Ses projets actuels comprennent des recherches sur l’interprétation dans les milieux éducatifs, les compétences linguistiques orales des locuteurs natifs de l’anglais, la création et le soutien de programmes d’enseignement à distance, et la préparation de documents pour contribuer au développement des compétences des interprètes.

Jonathan Daniels

Directeur, fournisseurs de services de télécommunication

Jonathan Daniels a obtenu un baccalauréat ès arts de l’Université McGill en 1990, et un doctorat en jurisprudence de l’université de Toronto, en 1994. Il est vice-président au droit réglementaire, chez Bell. Depuis 2004, il a occupé divers postes au sein de l’entreprise. Il s’occupe principalement des grandes questions de politique réglementaire en matière de télécommunications. Auparavant, il a été vice-président à la réglementation, pour Cable & Wireless Caribbean, vice-président à la réglementation et aux relations avec les entreprises de télécommunication, pour C1 Communications à Toronto, directeur à la réglementation pour Covad Communications, et directeur aux affaires réglementaires pour Sprint Canada. Après ses études de droit, M. Daniels a fait un stage et a été associé au sein du cabinet d’avocats Stikeman Elliott. Dans le cadre de ses diverses fonctions, M. Daniels a comparu devant des comités de la Chambre des communes, du Sénat, du CRTC et de nombreux organismes de réglementation dans les Caraïbes. M. Daniels a enseigné le droit des télécommunications à la faculté de droit de l’Université de Toronto et la dynamique du marché des télécommunications à l’Université Ryerson.

Dre Jessica Dunkley M.D., M. Sc. (santé), CCMF

Directrice, ASL pour les SM

La Dre Dunkley est médecin de famille et médecin résident en dermatologie à l’Université de la Colombie-Britannique. Elle a fait carrière pendant 16 ans dans le domaine des soins de santé, notamment en médecine clinique, en évaluation de programmes de santé et en animation d’ateliers de perfectionnement professionnel. Elle participe à la recherche clinique en dermatologie et a fait des présentations lors de nombreuses conférences en Amérique du Nord. De plus, elle participe fréquemment à diverses conférences sur l’accessibilité et les soins de santé, et offre du mentorat aux professionnels qui souhaitent se spécialiser dans la santé des sourds et malentendants. La Dre Dunkley détient un baccalauréat en physiothérapie et une maîtrise en épidémiologie clinique de l’Université de la Colombie-Britannique, ainsi qu’un doctorat en médecine de l’Université d’Ottawa.

Dr Gary Birch

Administrateur indépendant

Gary Birch a été nommé directeur de la recherche et du développement de la Société Neil Squire en 1988, puis directeur général, en 1994. M. Birch a obtenu son baccalauréat ès sciences appliquées en génie électrique en 1983 puis, en 1988, un doctorat en génie électrique (traitement des signaux biomédicaux), tous deux à l’Université de la Colombie-Britannique. Il est spécialiste en technologies d’assistance, en interface directe cerveau-ordinateur, en traitement des signaux numériques, en systèmes d’interface personne-machine et en programmes de prestation de services aux personnes handicapées.

En 2008, M. Birch a été nommé officier de l’Ordre du Canada, la plus haute distinction civile du Canada pour une carrière exceptionnelle, en reconnaissance de son travail au sein de la Neil Squire Society. En 2012, il a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II et, en 2017, il a été admis à l’Order of British Columbia, la plus haute forme de reconnaissance de la province.

Eric Edora

Directeur, fournisseurs de services de télécommunication

Depuis janvier 2008, M. Edora est directeur des affaires réglementaires chez TELUS Communications Inc. Il dirige une équipe de conseillers principaux en réglementation, chargés de définir les positions stratégiques de TELUS sur les grandes questions de réglementation, de fournir des conseils avisés et détaillés en matière de réglementation, et d’assurer la défense des intérêts. Dans ce rôle, il est notamment responsable des positions de TELUS en ce qui concerne l’accessibilité des services de télécommunications filaires et sans-fil et la conformité aux règlements applicables. Il a comparu devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) dans le cadre de l’instance sur la politique d’accessibilité de 2008 ainsi que de l’instance de 2014 pour examiner la possibilité de mettre en œuvre des services de relais vidéo.
Avant d’occuper son poste actuel, M. Edora était conseiller au sein du service de stratégie d’entreprise de TELUS. Auparavant, M. Edora était conseiller principal en politiques au service des politiques d’entreprise et des relations gouvernementales de l’Insurance Corporation of British Columbia.

Il est avocat-procureur et est membre de la British Columbia Law Society depuis août 1996. Il a fréquenté la faculté de droit de l’Université de la Colombie-Britannique et a obtenu un baccalauréat en droit en 1995. Il a également obtenu une maîtrise en administration des affaires de l’Université Simon Fraser.

Avant d’occuper son poste actuel, Eric était conseiller au sein du service de la stratégie corporative de TELUS. Avant cela, il était conseiller principal en politique au sein du service des politiques d’entreprise et des relations gouvernementales à l’Insurance Corporation of British Columbia.

Eric est avocat et membre du Barreau de la Colombie-Britannique depuis août 1996. Il a étudié à la faculté de droit de l’Université de la Colombie-Britannique et a obtenu un baccalauréat en droit en 1995. Il détient également une maîtrise en administration des affaires de l’Université Simon Fraser.

David Joseph

Directeur, LSQ pour les SM et président du conseil d’administration

M. Joseph travaille actuellement comme analyste financier à Santé Canada. Au cours des 11 années qu’il a passées au gouvernement fédéral, il a acquis de l’expérience dans diverses divisions, comme les opérations comptables, le système financier, la politique financière et la comptabilité ministérielle. Il est une personne à l’esprit analytique et critique et aime contribuer à divers organismes sans but lucratif. En plus de son rôle à l’ACS, il est le trésorier de l’Association des sports des Sourds du Canada (ASSC). M. Joseph parle couramment quatre langues : LSQ, ASL, français et anglais. Ses langues maternelles sont la LSQ et le français. Il enseigne également la langue des signes américaine (ASL) à l’Université Carleton depuis 10 ans.

Anne Missud

Interprète LSQ, invitée permanente

Anne Missud est une invitée permanente qui représente les interprètes de la langue des signes québécoise (LSQ) au conseil d’administration de l’ACS. Elle a acquis une longue et vaste expérience de l’interprétation au cours d’une carrière de 20 ans dans divers milieux publics et privés. Elle est professeure à l’Université du Québec à Montréal, où elle contribue activement à la formation des interprètes. Elle termine actuellement son doctorat en psychologie, spécialisé en psychologie communautaire, et ses recherches portent sur le bien-être de la communauté sourde. Elle est également membre de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec.

PERSONNALISEZ VOTRE CARTE D’APPEL SRV CANADA

Ajoutez simplement votre nom et votre numéro à dix chiffres. Imprimez votre feuille de cartes d’appel, puis découpez-la et distribuez les cartes à vos collègues, amis et famille.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.